France Vacances Gites Mazamet

La nature et les hommes ont ici sculpté ce pays où les eaux alimentent le Canal du Midi de l'Atlantique à la Méditerranée.

Venez explorez ses nombreux panoramas à travers ses lacs et ses pics comme celui du Pic de Nore surplombant le Haut Cabardès, ses forêts et ses causses dont celui de Caucalières, ses sentiers et ses circuits touristiques: du pastel, du Sidobre (Chaos Granitique) et des Monts de Lacaune et enfin son monde souterrain: Gouffre de Cabrespine et Grottes de la Devèze et de Limousis.

Découvrez Mazamet et ses sites incontournables marqués par l'histoire comme les Citadelles d'Hautpoul, de Saissac et de Minerve, les Villages de Sorèze (Abbaye Ecole Royale), Dourgne (Abbayes Bénédictines) et Saint Pons de Thomières (Cathèdrale) sans oublier la Bastide Royale de Revel et la Ville-Ronde Moyenâgeuse de Labruguière... 

Participez à la découverte d'un riche savoir-faire d'hier et d'aujourd'hui qui rythme ce territoire avec le textile et le délainage à Mazamet et Labastide-Rouairoux ainsi que les cuivres de Durfort, le cuir de Graulhet...mais aussi la gastronomie. Déguster de délicieuses saveurs mêlant les arômes des vins de Gaillac à ceux de l'ail rose de Lautrec, en passant par les salaisons de Lacaune: Jambon, Bougnette,...aux spécialités fromagères, sans oublier ses pâtisseries telles que le Poumpet, la Gimblette, le Croquant de Cordes ou encore le Lou Tarnais....Située à un carrefour gastronomique entre spécialités aveyronnaises:Roquefort, Frésinat...et Audoises avec Castelnaudary et son irrésistible Cassoulet...Mazamet vous régalera les papilles.

View Larger Map

Découvrir Carcassone

L'histoire de Carcassonne est directement liée à celle de la cité. C'est en 1247 que la ville s'étend réellement hors de la cité. Il s'agit de la ville basse ou bastide Saint-Louis.

Au sud de la cité, cinq châteaux forts (château de Termes, château d'Aguilar, château de Quéribus, château de Peyrepertuse et château de Puilaurens), désignés comme les « cinq fils de Carcassonne », dont les ruines subsistent encore, défendaient le passage du Languedoc contre les Espagnols.

Découvrir Mazamet

Mazamet, charmante cité à la croisée des chemins de la Méditerranée et du Massif Central; votre port d'attache dans la Montagne Noire.

Vous y apprécierez le calme de ses rues fleuries au centre d'un écrin de forêts et de lacs, vous parcourrez les sentiers de randonnée à pied ou en vélo, les enfants mais aussi les grands testeront leurs talents aux jeux de la Maison du Bois et du jouet et vous découvrirez l'histoire passionnante des cathares à travers l'exposition permanente sur le catharisme à la Maison des Mémoires et dans la cité Médiévale d'Hautpoul.

Mazamet est un paradoxe. Situé sur le versant nord de la Montagne Noire, enserrée par un relief abrupt, détruite à plusieurs reprises durant les guerres de religion, cette ville jusqu’alors très discrète a connu au milieu du XIXe.s une épopée industrielle hors du commun qui porta sa renommée et sa réputation bien au-delà des frontières nationales, en Amérique du Sud, en Australie et en Chine.

Issue d’une petite cité fortifiée, Hautpoul, fondée par les wisigoths au Ve.s et martyrisée par Simon de Montfort en 1212, Mazamet se libéra peu à peu de ses entraves médiévales et s’installa définitivement dans la vallée, sur les berges de l’Arnette, vers le XVIe.s. Acquise aux idées de la Réforme, la ville développa progressivement une industrie textile florissante et de grande qualité. Mais c’est vers 1850 que Mazamet rencontra son destin. Un industriel, un certain Pierre-Elie HOULES fit importer des peaux de moutons d’Argentine et mis au point une technique extrêmement simple permettant de séparer la laine du cuir de la peau des ovins. Ce fut alors un véritable miracle économique et financier qui bouleversa Mazamet durant une centaine d’année. Le « délainage » ne fut toutefois que la face immergée d’un immense iceberg qui fit de Mazamet le pionnier du commerce international..La ville se transforma ainsi en fourmilière où « saquetous », courtiers, industriels et ouvriers s’activaient presque jours et nuit, où les branches des arbres étaient blanchies par la laine prélevée dans les « bourras »…